Conférence de presse – Avalonia, l’étrange voyage.

Lundi 12 Décembre dans la soirée, une conférence de presse était organisée autour du film Avalonia, l’étrange voyage. Ce sont le producteur Roy Conli et les deux réalisateurs, Don Hall et Qui Nguyen qui nous ont révélé quelques secrets sur la production du dernier film des studios Disney qui a duré 18 mois.

Roy Conli, qui a beaucoup travaillé pour les documentaires DisneyNature, et dont le travail est de mettre à l’écran la vision des réalisateurs, a commencé par nous expliquer le choix des personnages. Si la relation père/fils est au cœur du long métrage, la figure de la mère a elle aussi toute son importance puisqu’elle est la connexion entre les trois générations de Clade : Jaeger le grand-père, Searcher le père et Ethan le fils.

image avalonia étrange voyage strange world

Comme le rappelle Don Hall, déjà réalisateur pour le film Raya et le dernier dragon et qui s’est inspiré de son père fermier pour Avalonia, l’étrange voyage, ces trois protagonistes masculins ont tous une fonction bien définie : Jaeger est un conquérant, Searcher contrôle la nature, tandis que Ethan en devient le gardien. Don Hall affirme d’ailleurs que cette évolution de pensées à travers les âges est belle et bien impulsée par le film, et que la nouvelle génération ose davantage s’exprimer pour mettre au devant de la scène des problèmes dans le but de les résoudre. Qui Nguyen a aussi aimé rappeler qu’il n’y a pas de « bad guy » dans le film, en tout cas pas de méchant incarné par un seul et même personnage. La mauvaise personne de l’histoire c’est nous, les humains, qui ne faisons pas assez pour conserver et protéger notre Terre.

Si pour Qui les couvertures de magazines dans un style pop et coloré l’ont beaucoup aidé à trouver l’esthétique du film, Don nous a notamment appris que la saga Indiana Jones et le cultissime Little Miss Sunshine ont été des sources d’inspirations dans la création de cette famille aventureuse. Mais ce n’est pas tout, puisque Roy a également souligné que les bandes-dessinées franco-belges et les films Disney des années 40/50 ont été les inspirations prédominantes pour l’ensemble de la création artistique du film.

image avalonia étrange voyage strange world

En revanche, les techniques étaient quant à elles déjà connues de l’équipe puisqu’elles venaient tout droit de Raiponce. Cela ne les a pas empêché d’utiliser un maximum de textures différentes pour créer les habits, les créatures et les vaisseaux volants visibles dans le film. De plus, les couleurs ont une fonction primordiale pour permettre au spectateur de repérer en un clin d’œil les différents mondes et ajouter du contraste. Le vert est la couleur du pando, et par logique celle du monde d’Avalonia, tandis que les teintes rosées sont attribuées au « Strange World ». Et les réalisateurs ont tenu à montrer que le vert est un intrus dans l’autre monde, puisqu’il fait courir à sa perte tout l’écosystème depuis longtemps mis en place. Il apparaît alors complètement désaturé à l’écran.

Pour conclure, tous ont évoqué Henry Jackman, le compositeur du film, véritable conteur qui a tout de suite su capter l’essence du film. Ce dernier s’est laissé guidé par les chefs d’œuvres de la légende John Williams, et notamment ses partitions pour l’univers Star Wars, pour composer les musiques du métrage.

ACTUALITÉS

SUIVEZ-NOUS

22,515FansJ'aime
997SuiveursSuivre
384SuiveursSuivre