Captain America.

banniere-dp-vers-dlp

affiche poster captain america disney marvel

Réalisateur : Albert Pyun.
Scénariste : Stephen Tolkin et Lawrence Block.
Producteur : Menahem Golan et Tom Karnowski.
Compositeur : Barry Goldberg.
Société de production : 21st Century Film Corporation, Marvel Enterprises et Jadran Film.
Distributeur : Castle Premier Releasing.
Sortie anglaise : 14 décembre 1990.
Sortie USA : 22 juillet 1992 (directement en DVD).
Sortie française : 26 juillet 1991 (directement en DVD).
Titre original : Captain America.
Durée : 1h37.
Budget : Inconnu.
Recette mondiale : Inconnue.
Recette USA : Inconnue.
Entrées françaises : Inconnue.

Résumé.

Steve Rogers devient Captain America, un super soldat. Piégé dans la glace après une mission, il se réveille dans un monde nouveau où Crâne Rouge refait surface.

Achats.

Casting.

Captain America / Steve Rogers : Matt Salinger (VF : Inconnue).
Bernice Stewart / Sharon : Kim Gillingham (VF : Inconnue).
Crâne rouge / Tadzio de Santis : Scott Paulin (VF : Inconnue).
Président Tom Kimball : Ronny Cox (VF : Inconnue).
Sam Kolawetz : Ned Beatty (VF : Inconnue).
Général Fleming : Darren McGavin (VF : Inconnue).
Lieutenant-colonel Louis : Michael Nouri (VF : Inconnue).
Bernice Stewart / Sharon : Kim Gillingham (VF : Inconnue).

En savoir plus.

Captain America est l’adaptation des comics du même nom publié depuis 1940.

Les droits du film ont été achetés en 1984. Une des versions du scénario mettait en scène la vol de la statue de la Liberté par Crâne Rouge et une escouade de femmes tueuses. Il y eut de nombreuses réécritures de l’histoire.

image captain america disney marvel

Dolph Lundgren, Val Kilmer et Arnold Schwarzenegger ont été envisagés pour le rôle de Captain America.

Le tournage s’est déroulé en Croatie, Slovenie, Yougoslavie et Californie.

Notre critique de Captain America.

À une époque où les super-héros se font rares au cinéma, un bouclier va pourtant faire surface.

image captain america disney marvel

L’intrigue est propre à un film de super-héros costumé. On y retrouve la création du super soldat mais tout se déroule très vite qu’on n’a pas vraiment le temps de pleinement apprécier l’évolution. En vingt minutes, on a déjà Captain America en action et on aurait aimé avoir une explication sur le bouclier qui semble venir de nulle part. On trouve aussi la création de Crâne Rouge, l’ennemi juré de Captain. On y retrouve un parallèle entre les deux qui correspondent également à un conflit de l’époque : la Seconde Guerre Mondiale.

image captain america disney marvel

Puis on avance dans le temps pour arriver à l’époque actuelle (les années 1990 en l’occurrence). L’histoire arrive à être toujours intéressante dans le sens où Steve vient de perdre cinquante ans de sa vie et qu’il trouve un monde complètement changé. On sent vraiment l’homme perdu, qui veut retrouver son amour qui, contrairement à lui, a vieilli. Le costume est délaissé au profit du côté humain du personnage. Puis vient la dernière partie du film qui se veut moins captivante. Le plan de Crâne Rouge a bien avancé et Captain se lance dans une mission de sauvetage du Président mais aussi du pays. Dommage d’avoir cet effet de flottement pour avoir quelque chose de trop traditionnel. Cela en devient même un peu confus par moment. Évidemment, le scénario instaure aussi une romance à Steve. La conclusion du film est également trop abrupte et aurait nécessité une séquence supplémentaire.

image captain america disney marvel

Le casting est assez correct même si son acteur principal, Matt Salinger, aurait pu apporter un peu plus en terme de performance. Cependant, on est loin d’avoir de piètres interprétations pour un film de super-héros de cette époque. Steve Rogers arrive à être un minimum attachant car son parcours est assez développé même si on aurait apprécié en découvrir un peu plus sur sa personnalité. Il manque encore de profondeur pour être un personnage pleinement bien travaillé. En tant que Captain America, il ne se la joue pas non plus héros sauveur du monde, il reste agréable sans avoir un ego surdimensionné vu ses capacités. Crâne Rouge qui joue l’antagoniste s’en sort assez bien même s’il manque de plus de charisme pour le rendre effrayant, même si la fin du film le montre d’une autre façon. Enfin, l’héroïne Sharon n’est pas en reste et ne joue pas la simple “femme en détresse”. Elle est au contraire débrouillarde et digne d’être une super-héroïne. On ne peut pas en dire autant de l’escouade de tueuses sans âme et sans talent.

image captain america disney marvel

On sent que le film ne dispose pas d’un énorme budget et pourtant le résultat passe vraiment bien. Les scènes d’action sont bonnes et ne tombent pas dans le ringard. Forcément c’est le genre de long-métrage qui a besoin d’effets visuels. On va dire que ça passe car ils sont utilisés avec parcimonie. On est plutôt impressionné par les mouvements du bouclier où l’illusion est bluffante alors que ce n’est pas du numérique qui a été utilisée. En revanche, le costume de Captain fait un peu collant d’un simple tissu étendu mais à l’opposé, belle réussite sur le maquillage du Crâne Rouge aussi bien la version d’origine que la version plus “cicatrisée”.

image captain america disney marvel

Captain America n’est pas un nanard comme on aurait pu le penser et s’en sort avec les honneurs.

La note de Fabien

Si cet article vous a plu, n'hésitez pas à le partager !

Vous pourriez être intéressés par ces articles

Fabien Le Lagadec
Rédacteur en chef de Disney-Planet.Fr et rédacteur sur Disneyland-Planet, ma vie tourne entre autre autour du cinéma. Vivant à la montagne (vive les Vosges !), promenade en nature et sessions photos font parties de mes passions.