amazon disney

Affiche Poster Captain America Soldat Hiver Winter Soldier Disney Marvel

Fiche technique.

Réalisateurs : Anthony et Joe Russo.
Scénaristes : Christopher Markus et Stephen McFeely.
Producteur : Kevin Feige.
Compositeur : Henry Jackman.
Studio de production : Marvel Entertainment, Marvel Studios, Perception et Sony Pictures Imageworks.
Distributeur : Walt Disney Studios Motion Pictures.
Sortie USA : 4 avril 2014.
Sortie française : 26 mars 2014.
Titre original : Captain America : The Winter Soldier.
Durée : 2h16.
Budget : 170 millions de dollars.
Recette mondiale : 714 millions de dollars.
Recette USA : 259,7 millions de dollars.
Entrées françaises : 1 868 812 entrées.

Résumé.

Après l’invasion chitauri sur New York, Steve Rogers continue son adaptation à la vie moderne à Washington D.C. Mais lorsque l’un de ses collègues du S.H.I.E.LD. est mystérieusement pris pour cible lors d’un attentat, le Captain va se retrouver mêlé à une conspiration ayant infiltré les plus hautes sphères américaines. Trahi par le S.H.I.E.L.D. Captain America va devoir compter sur ses alliés, la Veuve Noire et le Faucon, pour faire face à une menace de l’ombre, le Soldat de l’Hiver.

Univers.

>> Personnages
>> Clins d’oeil
>> Faux raccords
>> Répliques
>> Bande originale
>> DVD / Blu-Ray
>> Livres
>> Jouets
>> Jeux vidéo
>> Funko Pop

Achats.

Casting.

Steve Rogers / Captain America : Chris Evans (VF : Alexandre Gillet).
Natasha Romanov / Veuve Noire : Scarlett Johansson (VF : Julia Vaidis-Bogard).
James Buchanan “Bucky” Barnes / le Soldat de l’hiver : Sebastian Stan (VF : Axel Kiener).
Sam Wilson / Faucon : Anthony Mackie (VF : Jean-Baptiste Anoumon).
Nick Fury : Samuel L. Jackson (VF : Thierry Desroses).
Alexander Pierce : Robert Redford (VF : Samuel Labarthe).
Maria Hill : Cobie Smulders (VF : Laura Blanc).
Sharon Carter / Agent 13 : Emily VanCamp (VF : Chantal Macé).

Images.

Vidéos.

Retrouvez toutes les vidéos du film en cliquant ici.

En savoir plus.

Le titre du projet était “Freezer Burn”.

Chris Evans et Scarlett Johansson ont écrit la plupart de leurs dialogues lorsqu’ils avaient des scènes en communs.

Oeil-de-faucon a été envisagé dans le film mais suite à la trop grande présence de personnage, il n’a pas été intégré au scénario. De plus, Jeremy Renner n’était pas disponible. Pour le rôle de Sharon Carter, Anna Kendrick, Felicity Jones, Alison Brie, Emilia Clarke, et Elizabeth Olsen ont été envisagés.

Les clins d’oeils se font peut être plus rares depuis la fin de la phase 1 mais cela ne veut pas dire que Captain America : le soldat de l’hiver n’en possède pas. Tout d’abord le nouveau costume de Cap est une référence directe à son costume de Secret Avengers. Au début de l’Heroic Age en 2010, Steve Rogers prend le contrôle du S.H.I.E.L.D. et laisse le costume de Captain America à son allié Bucky Barnes, qui l’avait remplacé à la disparition de Rogers. Ce changement de statut s’accompagne donc d’un nouveau costume plus sobre et sombre.

L’introduction du film nous montre Captain America sautant d’un Quinjet sans parachute. Cette scène est une référence à une scène similaire dans le comics Ultimates dans laquelle Captain America saute d’un avion sans parachute durant le débarquement clamant que les parachutes « c’est pour les filles ». Toujours durant l’introduction, Captain combat un terroriste du nom de Batroc sur le Lemurian Star. Batroc est un célèbre vilain français de seconde zone, expert en savate et plus comique que dangereux. Le Lemurian Star, quant à lui, est une référence au peuple des déviants lémuriens, une race aquatique affiliée aux déviants.

Image Captain America Soldat Hiver Winter Soldier Disney Marvel

On pourrait croire qu’Alexander Pierce est une création du film mais en fait le personnage existait déjà dans le comics. A la différence que dans celui-ci, Pierce est un des agents secrets de Fury, expert en combat à mains nues. De même Brock Rumlow n’est pas un simple agent du S.H.I.E.L.D. Dans le comics, il se fait appeler Crossbones et c’est un mercenaire qui travaille notamment pour le Crane Rouge.

Enfin l’agent 13, Sharon, campée par Emily VanCamp, est une adaptation de l’agent Sharon Carter du S.H.I.E.L.D. Sharon Carter est la nièce de Peggy Carter, l’amour de Steve Rogers en 1945 et celui-ci développera une relation amoureuse avec Sharon également.

La présence du sénateur Stern, joué par Garry Shandling, est un clin d’oeil à Iron Man 2 et nous explique implicitement aussi pourquoi le sénateur voulait acquérir la technologie Iron Man. Cela illustre également à quel point le gouvernement a pu être corrompu.

Image Captain America Soldat Hiver Winter Soldier Disney Marvel

Œil de Faucon n’apparaît peut-être pas dans Captain America : le soldat de l’hiver mais il n’est pas oublié pour autant. La Veuve Noire porte durant tout le film un pendentif en forme de flèche en souvenir de son partenaire.

Certaines scènes avec le soldat de l’hiver sont directement inspirées, voire copiées, du comics. Durant leur premier combat, Bucky frappe le bouclier de Cap en plein centre. Cette scène est une copie de la même scène, jusque dans le choix de l’angle de caméra et la position des combattants, présente dans le comics The Winter Soldier d’Ed Brubaker. De plus Bucky porte une nouvelle fois brièvement le bouclier dans ce film. C’est un autre clin d’oeil au fait qu’il deviendra Captain America dans le comics et peut être aussi dans un futur film.

En parlant d’Ed Brubaker, l’auteur est présent dans le film dans le rôle d’un des techniciens responsables du lavage de cerveau de Bucky. C’est celui avec les lunettes et le bouc ! Ce n’est d’ailleurs pas le seul à s’être incrusté dans le film ! Joe Russo joue le rôle du docteur à lunettes qui soigne Natasha dans le bunker de Nick Fury.

Image Captain America Soldat Hiver Winter Soldier Disney Marvel

Les réacteurs des héliporteurs du projet Insight sont alimentés par la technologie Ark, similaire à l’armure Iron Man. En effet, Stark a mis son nez dans le projet après avoir pu jeté un œil de très près aux turbines de l’ancien héliporteur dans Avengers.

D’ailleurs, durant l’attaque du projet Insight, un des canons se focalise sur Tony Stark à l’intérieur de la tour Avengers. Les réalisateurs ont bien confirmé que c’était la tour Avengers que nous voyions et pas la tour Stark. Le projet vise aussi d’autres personnalités du monde Marvel, d’après l’agent Sitwell, dont le docteur Steven Strange mais aussi un homme au Caire. Si la référence au docteur Strange est assez claire, sachant qu’un film lui sera bientôt consacré, le second est plus obscur. Il pourrait faire référence à l’anti-héros Moon Knight, l’avatar du dieu vengeur égyptien lié à la lune Khonshu.

Dans Captain America : First Avenger, nous pouvions voir les prototypes de cyborg de Zola. Dans Captain America : le soldat de l’hiver le clin d’oeil va plus loin puisque Zola est enfin devenu une IA à l’intérieur d’une machine. D’ailleurs au cours de cette scène l’ordinateur affichant « shall we play a game ? » est une référence directe au film de 1983 Wargames.

Image Captain America Soldat Hiver Winter Soldier Disney Marvel

L’inscription sur la tombe de Fury à la fin du film, « the path of the righteous man, – Ezekiel 25:17 », est une référence à la scène de Pulp Fiction dans laquelle Jackson récite ce verset de la bible avant d’accomplir sa besogne.

Enfin le plus gros clin d’oeil du film réside dans le carnet de Steve Rogers. Dans celui-ci, Steve note tout ce qu’il doit rattraper depuis son coma et la première partie de la liste a la particularité d’être localisée selon le lieu de visionnage du film. Par exemple, en France il est possible de lire sur la liste France ’98, Louis de Funès, Coluche, Daft Punk et le cinquième élément. En Espagne, les spectateurs peuvent lire Rafa Nadal, Chupa Chups, Héroes del Silencio (un groupe de rock espagnol). Dix versions différentes du carnet ont été répertoriées et même s’il est étrange qu’un Américain comme Steve Rogers s’intéresse à Coluche ou Louis de Funès, cela reste un bel hommage à la culture du pays dans lequel le film est diffusé.

Notre critique de Captain America : Le soldat de l’hiver.

Captain America : le soldat de l’hiver aurait aussi simplement pu s’appeler “Captain America : Agent of S.H.I.E.L.D”. Tout d’abord Le Soldat de l’hiver se réfère à l’arc scénaristique duquel le film s’inspire. Mais le fameux soldat de l’hiver n’apparaît en fait que très peu et ne représente pas le point central du film, ni même le méchant principal. Il n’est là qu’en tant qu’homme de main et est assez peu développé dans le film pour un personnage dont le nom apparaît dans le titre. De plus, bien que Steve Rogers soit le héros de l’histoire, l’intrigue tourne entièrement autour des secrets de l’organisation que Cap a intégrée à son réveil au XXIème siècle.Cependant cela n’est pas une mauvaise chose en soit. La focalisation du scénario sur le S.H.I.E.L.D. nous offre un film plus proche du genre d’espionnage que du genre super-héros traditionnel. Ici, il n’y a pas de pouvoirs surnaturels et les seuls éléments fantastiques résident dans les technologies présentées. En revanche, le film regorge de faux semblants, de mensonges et de trahisons. De plus l’intrigue aborde des thèmes très liés aux Etats-Unis post 11/9 et au Patriot Act avec cette politique d’espionner le monde pour son propre bien et d’éliminer les menaces avant même que le crime puisse être commis.

Image Captain America Soldat Hiver Winter Soldier Disney Marvel

Il est à noter que le film est assez indépendant du reste du Marvel Cinematic Universe, ce qui devient plutôt rare actuellement. On comprend que le projet Insight est une réponse à l’impuissance du gouvernement durant l’invasion de New York si l’on a vu Avengers. Il est aussi vaguement fait référence à la technologie Ark de Tony Stark mais les liens se limitent globalement à cela. Dans son ensemble, le scénario est extrêmement bien mené et particulièrement la seconde partie du film.

Attention Spoilers !

Tout d’abord, la mort de Nick Fury, qui met en place l’intrigue, est bien amenée mais il est dommage que le personnage ne soit pas resté mort à la fin du film. En effet, le ramener nous donne l’impression que les personnages Marvel ne restent jamais vraiment morts bien longtemps. Ceci est vrai pour les comics mais c’est un effet un peu usé, surtout au cinéma. Au mieux, le spectateur pourrait rester avec le doute qu’il soit en vie mais pas la certitude.

Ensuite, le vrai point fort du scénario est la résurgence d’Hydra 70 ans après son extinction. La survie de Zola à l’intérieur d’une machine est un bon fan service pour les amateurs du comics mais le fait qu’Hydra ait aussi bien infiltré le gouvernement et le S.H.I.E.L.D. est inédit au film. En effet, cette corruption à tous les niveaux du gouvernement est la véritable surprise du film car elle ne fut pas du tout mise en avant dans les bandes annonces ou dans la promotion.

[collapse]

Qui plus est, la fin du film représente un changement majeur du status quo de l’univers cinématographique Marvel. Elle représente certainement l’une des meilleures fins de film du MCU jusqu’ici.

L’autre point fort de Captain America : le soldat de l’hiver est la force de son casting. Robert Redford, en particulier, remplit parfaitement son rôle et colle à merveille à cette ambiance de mensonges et de désinformations. La bonne surprise du film vient d’Anthony Mackie qui campe un Faucon très dynamique et tient la chandelle haute à Chris Evans. Ici, Faucon n’est pas un side-kick, comme il a pu être représenté dans certains comics, mais bel et bien un héros, certes lié à Captain America mais indépendant de celui-ci. Toutefois, on regrette l’absence d’Oeil de Faucon du film même s’il est compréhensible que cela aurait peut-être fait trop de protagonistes.

La bande originale du film est assez générique et passe-partout mais colle néanmoins très bien à cette ambiance d’espionnage avec des sonorités pesantes et lourdes, plus sombres que dans Captain America : First Avenger, à l’image du nouveau thème de Captain America. Parfois, la bande son se veut même très industrielle comme lors du thème du Winter Soldier.

Image Captain America Soldat Hiver Winter Soldier Disney Marvel

En général, la bande son est à l’image du film. Celui-ci est moins tape à l’oeil que les dernières productions Marvel. Il possède certes son lot d’actions et d’explosions gigantesques inhérent aux blockbusters mais ne se définit pas par ces scènes. Les plus belles scènes ne sont pas celles d’explosions ou de destructions massives comme ça pouvait être le cas d’Iron Man 3 mais ce sont celles de combats. Ceux-ci sont magnifiquement chorégraphiés et menés, comme une danse, à la perfection. En particulier, le premier vrai combat entre le Captain et le soldat de l’hiver ou la scène de l’ascenseur du Triskelion qui sont un plaisir à regarder encore et encore.

En somme, Captain America : le soldat de l’hiver est pour le moment le meilleur film de la phase 2 et un très bon film tout court. Il réussit à s’exfiltrer du carcan des films de super-héros pour s’infiltrer dans un nouveau genre et nous prouve donc que les super-héros sont un support et pas un genre en soit. Un grand bravo aux frères Russo !