Braveheart.

affiche poster braveheart disney fox

Réalisateur : Mel Gibson.
Scénariste : Randall Wallace.
Producteur : Inconnu.
Compositeur : James Horner.
Société de production : Icon Entertainment International, The Ladd Company, B.H. Finance C.V. et Icon Productions.
Distributeur : Paramount Pictures et 20th Century Fox.
Première USA : 18 mai 1995 (Seattle).
Sortie USA : 24 mai 1995.
Sortie française : 4 octobre 1995.
Titre original : Braveheart.
Durée : 2h57.
Budget : 72 millions de dollars.
Recette mondiale : 213,2 millions de dollars.
Recette USA : 75,6 millions de dollars.
Entrées françaises : 1 231 534 entrées.

Résumé.

Au XIIIe siècle, l’Écosse est sous domination anglaise. Après le meurtre de sa femme, William Wallace unit le peuple et mène la révolution du pays pour obtenir son indépendance.

Achats.

Casting.

William Wallace : Mel Gibson (VF : Jacques Frantz).
Isabelle de France : Sophie Marceau (VF : elle-même).
Édouard Ier d’Angleterre : Patrick McGoohan (VF : Bernard Dhéran).
Robert le Bruce : Angus Macfadyen (VF : Bernard Lanneau).
Hamish Campbell : Brendan Gleeson (VF : Marc Alfos).
Prince Édouard : Peter Hanly (VF : Denis Laustriat).
Murron MacClannough : Catherine McCormack (VF : Rafaèle Moutier).
Argyle Wallace : Brian Cox (VF : Benoît Allemane).
Malcolm Wallace : Sean Lawlor (VF : Michel Fortin).
Stephen : David O’Hara (VF : Dominique Collignon-Maurin).
Campbell : James Cosmo (VF : Michel Vocoret).

En savoir plus.

Braveheart se base sur le poème The Actes and Deidis of the Illustre and Vallyeant Campioun Schir William Wallace de Harry l’Aveugle (XVe siècle). Ce même poème qui est jugé romancé et peu fidèle à la réalité historique.

Pendant un temps, la MGM avait le projet entre les mains mais ne le lança pas. La Warner Bros était désireuse de produire le film mais les conditions ne plurent pas à Mel Gibson (devoir faire un nouvel épisode de L’arme fatale). Terry Gilliam aurait pu réalisé le film mais il a refusé la proposition.

Brad Pitt a été envisagé dans le rôle de William Wallace ; Sir Sean Connery pour celui du roi Edouard I.

image braveheart disney fox

Les scènes de batailles comportaient jusqu’à 1600 figurants.

Des organisations de la protection animale ont voulu des preuves que les chevaux n’avaient pas été maltraités durant le tournage. L’équipe leur a montré que c’était des faux pour les scènes dangereuses.

Afin d’éviter une classification trop stricte, certaines scènes de violences ont été coupées au montage.

La bataille de Stirling a nécessité six semaines de tournage et 90h de rushes.

image braveheart disney fox

Quelques incohérences historiques sont présents : Wallace avait une vingtaine d’années, il n’a jamais rencontré Isabelle (qui avait cinq ans), le kilt n’existait pas encore ni le plaid ceinturé, le pont de Stirling n’est pas présent dans le long-métrage, le droit de cuissage n’était pas en vigueur, l’Angleterre n’a occupé l’Écosse qu’à partir d’un an avant la révolte de Wallace, Robert n’a pas trahi Wallace…

Le film a remporté cinq Oscars en 1996 : Meilleur film, Meilleur réalisateur, Meilleur photographie, Meilleur montage sonore et Meilleur maquillage.

Le tournage s’est déroulé de juin à octobre 1994 en Écosse et en Irlande.

Notre critique de Braveheart.

Un film historique de grande ampleur, tient-il ses promesses ?

image braveheart disney fox

Autant le dire tout de suite, quelle claque ! Le scénario est terriblement prenant et on voit différentes facettes de cette période. Tout d’abord, le contexte politique de guerre et de conquêtes de territoires. Un conflit grandissant entre l’Angleterre et l’Écosse où cette dernière demande son indépendance. L’évolution est vraiment progressive tout comme la naissance d’une révolution qui va marquer l’Histoire. On voit le soulèvement de tout un peuple pour avoir son destin en main. Une leçon de patriotisme et ce qui va donner la future Écosse. De plus, on y découvre les coutumes écossaises et sa façon de vivre sous le joug anglais.

image braveheart disney fox

Derrière la partie historique, il y a évidemment le côté révolte. Le film est surtout le combat d’un homme. William Wallace est une figure légendaire. Son parcours personnel de son enfance à l’âge adulte va créer un homme aguerri empli de justice et d’honneur et va unir tous les clans. Une force puissante qui n’est pas qu’un soldat mais aussi un grand stratège, un homme sage et une icône. Il tient le film à lui tout seul et dégage autant d’émotions que le scénario. L’écriture est en effet excellente et prend bien le temps de tout poser pour mieux savourer chaque instant jusqu’à son dénouement. Ce n’est pas non plus un film à mettre devant de jeunes enfants tant il y a une certaine violence maîtrisée qui ne tombe pas dans la surenchère et qui montre juste la réalité des combats.

image braveheart disney fox

Rien à redire sur le casting, il est parfait. Mel Gibson a un énorme charisme dans ce film. On voit l’homme heureux qui va basculer dans ce qui pourrait être une vengeance mais aussi un trop plein d’oppression et il va déverser toute sa rage dans une plus grande cause au point d’embêter la royauté anglaise. On s’attache rapidement à lui et on comprend tout ce qu’il ressent. C’est un personnage très approfondi qu’on ne peut pas détester. Il en est de même pour les personnages secondaires. Que ce soit Sophie Marceau qui incarne une princesse française et un intérêt amoureux du héros mais aussi une figure politique importante que les différents membres de la royauté britannique à différents niveaux, aussi bien dans les antagonistes que dans ceux voulant une situation apaisée.

image braveheart disney fox

Un film de trois heures n’est pas chose aisée et Mel Gibson prend la réalisation. Là encore, c’est grandiose ! Tout est intense quand il le faut et intimiste dans l’autre. Le rythme est parfait et on ne voit pas le temps passer. Les paysages écossais (et irlandais aussi pour les besoins du tournage) sont bien mis en valeur et donnent envie de voyager. C’est du grand spectacle sans être du tape à l’œil ou dans la surenchère. On sent l’authenticité aussi bien dans les décors que les costumes mais surtout, pas d’effets visuels ! Les scènes de bataille possèdent de très nombreux figurants et ça fait plaisir à voir car la crédibilité est importante pour rendre les conflits du film bien plus terrifiants. Enfin, un film de cette envergure se doit d’avoir une bande originale talentueuse et c’est le cas. Les mélodies sont superbes, un régal pour les oreilles encore plus avec les musiques écossaises qui résonnent ici et là !

image braveheart disney fox

Braveheart est un monument du cinéma !

La note de Fabien