Blade.

ACTUALITÉS



La note de Fabien
affiche poster blade disney marvel

Réalisateur : Stephen Norrington.
Scénariste : David Goyer,.
Producteur : Robert Engledon, Wesley Snipes et Peter Frankfurt.
Compositeur : Mark Isham.
Société de production : Amen Ra Films, Imaginary Forces, Marvel Enterprises et New Line Cinema.
Distributeur : New Line Cinema.
Sortie USA : 21 août 1998.
Sortie française : 18 novembre 1998.
Titre original : Blade.
Durée : 2h00.
Budget : 50 millions de dollars.
Recette mondiale : 131,2 millions de dollars.
Recette USA : 70,1 millions de dollars.
Entrées françaises : 653 288 entrées.

Résumé.

Blade est né vampire mais refuse sa condition. Il traque alors les vampires pour les tuer tout en essayant d’obtenir un sérum pour se guérir.

Achats.

Casting.

Blade : Wesley Snipes (VF : Thierry Desroses).
Karen Janson : N’Bushe Wright (VF : Déborah Perret).
Deacon Frost : Stephen Dorff (VF : Lionel Melet).
Abraham Whistler : Kris Kristofferson (VF : Bernard Tiphaine).
Quinn : Donal Logue (VF : José Luccioni).
Gitano Dragonetti : Udo Kier (VF : Bruno Devoldère).

En savoir plus.

Blade est tiré du comics du même nom de Marv Wolfman et Gene Colan publié en 1973.

Le projet débute en 1992 avec LL Cool J dans le rôle principal. Le film devait être une comédie.

Denzel Washington et Laurence Fishburne ont été envisagés pour le rôle de Blade ; Mark Wahlberg et Jet Li pour celui de Deacon Frost.

image blade disney marvel

Le film faisait de base 2h20 mais le rendu ne convainc pas le public test. De nombreuses scènes furent refaites voire ajoutées (comme le duel final à l’épée), repoussant la sortie du film de six mois.

Le tournage s’est déroulé de février à juin 1997 au Canada, Californie, Angleterre et Russie.

Notre critique de Blade.

Un personnage de comics qui arrive sur grand écran à une époque où les films de super-héros ne courent pas les rues, défi audacieux.

image blade disney marvel

Déjà on peut souligner le fait qu’on évite les clichés du film de vampires et que le tout se veut bien plus modernisé. C’est réussi de ce point de vue là en dépoussiérant le genre. Concernant l’intrigue en elle-même, il ne faut pas s’attendre à un grand chef d’œuvre. Cela reste une histoire de tueries mais c’est intéressant dans le sens que c’est un vampire qui traque des vampires. Là encore, originalité plaisante pour compenser le reste un peu basique. Un méchant vampire veut devenir le roi des vampires pendant que le « gentil » vampire veut l’exterminer. En parallèle à tout ça, il y a la recherche d’un remède qui permet d’en apprendre davantage sur le fonctionnement des créatures. On est donc face à un bon divertissement qui ne vire pas dans le film nanardesque.

image blade disney marvel

Wesley Snipes est crédible dans le rôle de vampire et dispose d’un charisme indéniable pour rendre son personnage intéressant. On découvre le passé de Blade, ses blessures, ses craintes et ses envies. Il se veut donc suffisamment travaillé pour éviter la caricature. Karen est également utile en étant la scientifique permettant de donner un autre point de vue à l’intrigue. Dommage qu’elle passe aussi rapidement de femme inquiète à guerrière implacable. L’ami de Blade, qui est son armurier, joue un peu le rôle du sage mais son personnage manque de présence quand même. Enfin, l’antagoniste vire un peu trop dans le cliché de vouloir être le meilleur et finit par se perdre, ne le rendant pas si effrayant.

image blade disney marvel

Venons en maintenant à la réalisation. On ne tombe pas dans la surenchère et c’est appréciable. On aurait apprécie avoir une vraie esthétique tant il y avait matière à faire car la direction artistique ne casse pas trois pattes à un canard. Le rythme du film est suffisamment bon pour qu’on ne s’ennuie pas. On est loin des grandes séquences interminables sans queue ni tête. Jusqu’à ce qu’on arrive dans la dernière partie malheureusement qui se veut être une séquence de baston qui ne sort pas de l’ordinaire. Les scènes de combat sont très dynamiques avec des chorégraphies parfois un peu fantaisistes et des bruitages de coup trop classiques que ça fait ancien long-métrage. Le film regorge aussi d’effets visuels qui ont mal vieilli mais qui restent correctes pour 1998. Il aurait été judicieux d’en mettre moins car tout est concentré sur la fin et ça dénote trop avec le reste. Bémol également sur la bande originale qui manque de mélodies fortes.

image blade disney marvel

Blade n’est pas une catastrophe et offre un petit renouveau aux films de super-héros.

La note de Fabien
banniere-dp-vers-dlp