amazon disney

Affiche Bernard et Bianca au pays des kangourous Disney Poster The rescuers down under

Fiche technique.

Réalisateur : Hendel Butoy et Mike Gabriel.
Scénaristes : Jim Cox, Karey Kirkpatrick, Byron Simpson et Joe Ranft.
Producteur: Thomas Schumacher.
Compositeur : Bruce Broughton.
Société de production : Walt Disney Feature Animation, Walt Disney Pictures et Silver Screen Partners IV.
Distributeur : Buena Vista Pictures.
Sortie USA : 16 Novembre 1990.
Sortie française : 27 Novembre 1991.
Titre original : The Rescuers down under.
Durée : 1h14.
Budget : 30 millions de dollars.
Recette mondiale : 47,4 millions de dollars.
Recette USA : 27,9 millions de dollars.
Entrées françaises : 2 403 254 entrées.

Résumé.

Alors que le jeune Cody essaye de sauver un aigle royal, le garçonnet tombe dans le piège de Perceval McLeach, affreux braconnier. Bernard et Bianca sont alors appelés à la rescousse et doivent se rendre immédiatement en Australie où ils rencontreront Jake, un rat-kangourou qui s’entichera de Bianca, au grand dam de Bernard.

Univers.

>> Personnages
>> Clins d’oeil
>> Faux Raccords
>> Répliques
>> Bande originale
>> Jeux vidéo
>> DVD / Blu-Ray
>> Tsum Tsum
>> Funko Pop
>> Figurine de collection
>> Livres

Achat.

Casting.

Bernard : Bob Newhart (VF : Roger Carel).
Bianca : Eva Gabor (VF : Béatrice Delfe).
Jake : Tristan Rogers (VF : Jean-Pierre Gernez).
Perceval McLeach : George C. Scott (VF : André Valmy).
Cody : Adam Ryen (VF : Boris Roatta).

Images.

Vidéos.

Retrouvez toutes les vidéos du film en cliquant ici.

En savoir plus.

Les aventures de Bernard et Bianca est le premier film animé des studios à bénéficier d’une suite. Les animateurs ont dû en amont aller en Australie afin de créer des images au plus près de la réalité. Du coup, pour la première fois, on retrouve des images coloriées mais qui finissent par être éditées grâce à un ordinateur. Alors pourquoi l’Australie ? Certainement à cause de l’impact qu’avait à l’époque Crocodile Dundee qui se déroulait aussi en Australie.

Dans le premier opus, l’albatros Orville devait son nom à Orville Wright, pionnier de l’aviation. Ici on retrouve encore un albatros et celui-ci se nomme Wilbur, tout comme le frère d’Orville Wright.

replique bernard bianca pays kangourous disney quote rescuers down under

A sa sortie au cinéma, il y avait avant le film le moyen-métrage Le Prince et le Pauvre.

Bernard et Bianca au pays des kangourous aurait du bénéficier d’une suite, or du fait qu’il fut un relatif échec, il fut décidé de s’arrêter là. La mort de la voix américaine de Bianca (Eva Gabor) confirma d’autant plus cet arrêt. D’ailleurs, que ce soit en anglais ou en français, les voix des deux personnages principaux sont identiques à celles du premier volet.

Des séquences d’animation par ordinateur furent élaborées par un autre jeune studio : Pixar Animation Studios.

Notre critique de Bernard et Bianca au Pays des Kangourous.

Pour une première suite de film, Bernard et Bianca au pays des kangourous s’en sort plutôt très bien et s’inscrit parfaitement dans la période de renaissance des studios Disney.

Nos deux héros reviennent en force dans cet opus. Bianca est toujours aussi enthousiaste à l’idée de sauver quelqu’un avec l’aide de Bernard, qui lui est aussi maladroit et courageux qu’avant. Les deux souris n’ont pas changé, bien que leur relation ait quelque peu évolué puisque Bernard souhaite épouser Bianca. Une fois arrivés en Australie par le biais de l’albatros Wilbur qui est aussi drôle que l’était son frère (la scène de l’infirmerie est bourrée d’humour), on rencontre une nouvelle souris en la personne de Jake. Aventurier australien, il croit en lui et n’hésite pas à le montrer, un vrai petit Indiana Jones.

replique bernard bianca pays kangourous disney quote rescuers down under

Contrairement au premier épisode dans lequel le personnage humain était une fillette, ici on retrouve un jeune garçon vivant en plein désert australien et qui n’aspire qu’à une chose, sauver les animaux vivant près de chez lui. Cody est un enfant très courageux qui ne se démonte pas, ni face à un aigle royal (il ne perd pas son sang froid au moment de le délivrer) ni face au braconnier qui le menace des pires atrocités. C’est vraiment un garçon touchant, son courage force notre admiration. Le méchant de l’histoire est joué par Perceval McLeach, un braconnier qui ne veut avoir en sa possession que l’aigle royal, peu importe les moyens pour l’obtenir. Atteindre le niveau de Medusa était fort compliqué, mais il ne s’en sort tout de même pas trop mal car il est vraiment prêt à tout pour avoir ce qu’il désire. Il est accompagné de Johanna, un dragon de Komodo qui fait partie de ces animaux que l’on n’aimerait pas croiser en pleine nature. Tantôt drôle, voire un peu benêt, elle sait faire peur quand il le faut. Ici, bien moins de personnages secondaires apparaissent : le message envoyé depuis l’Australie passe par de nombreux pays et donc souris pour arriver jusqu’à SOS Société, mais peu de personnages sont vraiment actifs ici. Les plus marquants seront les animaux capturés par McLeach et surtout Franck, un lézard à collerette, qui est plein d’humour sans même s’en rendre compte (impossible de garder son sérieux lorsqu’il essaye de sortir de sa cage ou d’attraper les clefs). L’un des personnages les plus majestueux du film reste tout de même Marahute, l’aigle royal, qui nous touche sincèrement par son côté majestueux mais proche de qui sera là pour elle.

Une nouvelle manière de mettre en image a été employée ici et le résultat est splendide. Tout d’abord le paysage est très beau, mais ce qui est essentiellement marquant ce sont les nombreux vols qui ponctuent ce film. Avec le vol de Marahute, les studios s’offrent un grand moment d’animation : tout y est admirable, les couleurs, les décors, les dimensions. Pour ce coup d’essai avec la technologie, on peut certifier que le pari a été réussi.

replique bernard bianca pays kangourous disney quote rescuers down under

Tout comme dans Taram et le chaudron magique, aucune chanson ne figure dans le film, ce qui est pour le coup la partie la plus décevante de l’histoire, surtout que dans Les aventures de Bernard et Bianca les chansons étaient réussies, alors pourquoi ne pas avoir réitéré ceci ?

Souvent les suites sont dénigrées, pourtant celle-ci fait vraiment partie des belles surprises. Bernard et Bianca au pays des kangourous est un film à voir, qui vous fera rire et vous fera vibrer.