Cinéma Amityville.

Amityville.

banniere-dp-vers-dlp

Affiche Poster amityville 2005 disney dimension

Fiche technique.

Réalisateur : Andrew Douglas.
Scénariste : Sandor Stern et Scott Kosar.
Producteur : Michael Bay, Andrew Form et Bradley Fuller.
Compositeur : Steve Jablonsky.
Société de production : Dimension Films, Metro-Goldwyn-Mayer, Platinum Dunes et Radar Pictures.
Distributeur : Metro-Goldwyn-Mayer.
Sortie USA : 15 avril 2005.
Sortie française : 22 juin 2005.
Titre original : The Amityville horror.
Durée : 1h29.
Budget : 19 millions de dollars.
Recette mondiale : 107,5 millions de dollars.
Recette USA : 66,2 millions de dollars.
Entrées françaises : 435 949 entrées.

Résumé.

La famille Lutz emménage dans une nouvelle maison qui a été par le passé le théâtre d’un massacre familial.

Univers.

>> Bande originale

>> Répliques

Achats.

Casting.

George Lutz : Ryan Reynolds (VF : Bruno Choel).
Kathy Lutz : Melissa George (VF : Armelle Gallaud).
Billy Lutz : Jesse James (VF : Julien Bouanich).
Michael Lutz : Jimmy Bennett (VF : Bradley Foubert).
Chelsea Lutz : Chloë Grace Moretz (VF : Claire Bouanich).
Lisa : Rachel Nichols (VF : Inconnue).
Père Callaway : Philip Baker Hall : (VF : Jean-Claude de Goros).

Images.

Vidéos.

Retrouvez toutes les vidéos du film en streaming en cliquant ici.

En savoir plus.

Amityville s’inspire d’un fait réel. Le 13 novembre 1974, dans une demeure d’Amityville (New York), Ronald Junior DeFeo tue ses parents, ses frères et ses sœurs dans leur sommeil. En 1976, la famille Lutz prend possession des lieux et évoque des événements paranormaux.

Le film est l’adaptation du roman L’horreur d’Amityville, une histoire vraie de Jay Hanson publié en 1977.

Image amityville 2005 disney dimension

La maison est une demeure du XIXème siècle qui a été modifiée afin de rajouter les fenêtres si particulière au vrai habitat de l’histoire. Dans la réalité, elle était au 112 Ocean Avenue à Amityville et se voulait plus petie.

Le vrai George Lutz a porté le film en procès quand il a entendu dire qu’un remake était en production, ce qui était contraire à son contrat initial pour le film d’origine. Le procès n’aura jamais été plus loin suite à son décès en 2006.

Image amityville 2005 disney dimension

Ryan Reynolds ne se montrait pas proche des enfants durant le tournage afin de pouvoir mieux interpréter son personnage.

Alors qu’elle n’avait que 8 ans, Chloë Grace Moretz a réalisé la plupart de ses cascades. C’est sa première apparition au cinéma.

Image amityville 2005 disney dimension

Megan Fox a été envisagée pour le rôle de la baby-sitter ; James Van Der Beek pour celui de George.

Le tournage s’est déroulé dans l’Illinois, le Wisconsin et le New Jersey.

Notre critique de Amityville.

Un grand classique du film d’horreur, le remake est parfois risqué surtout quand au casting on retrouve des têtes connues.

Image amityville 2005 disney dimension

Dans un sens, ce n’est pas vraiment un remake car il s’inspire d’une histoire vraie. Mais on va le prendre pour ce qu’il est sans le chercher à le comparer au film de 1979. L’histoire reste dans le classique avec une famille qui emménagé dans une grande maison où a eu lieu un massacre. On n’est pas vraiment dans une demeure hantée mais plus dans une possession. On avance lentement vers une descente aux enfers pour la famille. L’épouvante est présente mais plus par son ambiance qu’autre chose. On ne sursaute pas, on n’a pas du gore gratuit, ni de situations un peu grotesque. C’est une sorte d’oppression et de malaise. Cependant, le film reste quand même assez léger et il ne faut pas s’attendre à avoir peur tout du long. On regrettera quand même une fin un peu trop rapide et qui aurait mérité de donner plus d’ampleurs à l’intrigue principale.

Image amityville 2005 disney dimension

C’est surtout le traitement des personnages d’Amityville qui contribuent à l’ambiance. Si le fils aîné est tête à claque et le second est oubliable, ce sont les trois autres membres de la famille qui valent le détour. On commence par la petite fille, jouée merveilleusement bien pour son âge par Chloë Grace Moretz. Avec l’innocence des jeunes enfants, elle se lie d’amitié avec le “fantôme” de la maison. Il y a un côté effrayant chez elle tout en ayant envie de l’aider. Sa mère, incarnée par Melissa George toujours aussi performante, passe du bonheur au début à la terreur à la fin. On vit une bonne partie de l’histoire grâce à elle et de son point de vue. Mais elle doit gérer un problème de taille.

Image amityville 2005 disney dimension

Le problème, c’est son mari. Ryan Reynolds éclate l’écran par son interprétation. Mais son personnage est d’autant plus réussi. Alors qu’il n’était pas très prompt à vivre dans cette demeure, il finit par s’y faire mais il va y laisser aussi son esprit. Pensant délirer au début, il va petit à petit s’enfoncer dans les ténèbres à cause des esprits et de l’origine de la maison. Il devient de plus en plus autoritaire, violent, torturant psychologiquement son enfant… On comprend qu’il est de plus en plus possédé par un esprit vengeur et assassin et on arrive à compatir quand même à lui.

Image amityville 2005 disney dimension

La réalisation est à la hauteur d’un film d’horreur sans tomber dans les clichés. Il n’y a pas de “jump scare” à tout va (le fait de sursauter à chaque seconde), pas de montages épileptique… On reste dans une certaine sobriété mais qui donne une atmosphère particulière. La colorimétrie du film, peu colorée et sombre, contribue au cheminement descendant de l’esprit de George. Quant à la bande originale, elle remplit son rôle sans pour autant donner de mélodies mémorables.

Image amityville 2005 disney dimension

Amityville est un bon film qui reste quand même presque tout public. Un peu plus de prises de risque n’aurait pas été de refus.

La note de Fabien

En bref

Vraiment pas mal mais pas si horrifique.
Fabien Le Lagadec
Rédacteur en chef de Disney-Planet.Fr et rédacteur sur Disneyland-Planet, ma vie tourne entre autre autour du cinéma. Vivant à la montagne (vive les Vosges !), promenade en nature et sessions photos font parties de mes passions.